Étiquette : manuels scolaires

Manuels scolaires – ANNEXE 3. Remarques sur la culture pied-noire

Les manuels étudiés montrent une ignorance certaine de ce qu’est la culture spécifique des Pieds-Noirs, bien qu’ils l’aient, naturellement, transplantée avec eux durant leur exil. En témoigne ainsi la création des cercles algérianistes dans les régions de métropole où ils sont massivement implantés. Un livre de Maurice Calmein a retracé cet épisode.

Il s’est toutefois trouvé des commentateurs pour affirmer que le milieu pied-noir avait trouvé son unité et sa spécificité seulement en France. Etrange !

Poursuivre la lecture de « Manuels scolaires – ANNEXE 3. Remarques sur la culture pied-noire »

Manuels scolaires – ANNEXE 2. Il faut parler du terrorisme

1°)__Ne pas parler du terrorisme durant la Guerre d’Algérie est une faute. Comment lutter contre ce fléau aujourd’hui sans dire ce qu’il fut et d’où il vient ?

2°) Or, les manuels scolaires examinés répondent mal à cette exigence. Disons- le sans ambages ; ils y répondent très mal. Certains ne parlent absolument pas de terrorisme durant le conflit algérien. Ceci est un exploit. Ils préfèrent dénoncer le colonialisme, ou la torture (pratiquée par l’Armée française).
D’autres en parlent mais sans l’associer au FLN. Quelques- uns l’associent à l’OAS. Exclusivement.

Poursuivre la lecture de « Manuels scolaires – ANNEXE 2. Il faut parler du terrorisme »

Manuels scolaires – ANNEXE 1

Il faut faire justice d’une thèse fausse.
A en croire le manuel Belin, (mais on peut lire cela dans maints articles ou reportages), le souvenir de la Guerre d’Algérie aurait été « occulté » en France jusqu’aux années 😯.

Cette affirmation est si répandue qu’elle est tenue pour une vérité démontrée par une foule de commentateurs surtout les plus jeunes. Il est temps d’affirmer fortement qu’il n’en fut rien et qu’il s’agit là d’une pure légende médiatique .

Poursuivre la lecture de « Manuels scolaires – ANNEXE 1 »

MANUEL BORDAS.HISTOIRE pour TerminalesL/ES

P.Vidal-Naquet, René Vautier, B.Stora (cité 4 fois) ,H.Alleg, Yacef Saadi, Zidane brandissant un drapeau algérien et présenté comme le symbole d’une culture (sic) franco-algérienne , la LDH de Toulon appelée en renfort, chacun l’aura compris : les auteurs de ce manuel n’y vont pas avec le dos de la cuiller.

Poursuivre la lecture de « MANUEL BORDAS.HISTOIRE pour TerminalesL/ES »

Manuels Hachette

Avant de commencer, je voudrais réparer une injustice. Dans le Manuel Nathan TermS dont j’ai précédemment parlé ,j’ai oublié de signaler qu’on peut y lire, page 42,que le 5 juillet à Oran des centaines de Pieds-Noirs furent en levés et, pour la plupart, exécutés. Ceci est tellement rare qu’il convient de s’en féliciter, car cela prouve que les efforts raisonnés et inlassables de certains d’entre nous pour faire reconnaître ces épreuves ne sont pas vains. Même si l’opposition et le silence de plomb des media demeurent .

Poursuivre la lecture de « Manuels Hachette »

MANUEL NATHAN/ Terminales S/ Programme 2014

Il est certes regrettable que les manuels scolaires soient émaillés d’erreurs diverses. Disons-le : les bourdes pullulent. Continuer à en dresser le catalogue serait un exercice fastidieux et long, je préfère donc me concentrer sur la cause de cette situation et sur le traitement du problème du terrorisme.

Poursuivre la lecture de « MANUEL NATHAN/ Terminales S/ Programme 2014 »

MANUEL D’EDUCATION CIVIQUE MAGNARD

Destiné aux Terminales S.T.M.G.

Dans cet ouvrage, le conflit algérien est replacé en une phase plus large : celle de l’émancipation des peuples. Formulation que l’on peut trouver optimiste et qui correspond, en gros, à ce qu’il est courant d’appeler la décolonisation.

Ce choix s’accompagne d’un recours à la bande dessinée notamment celle de Daeninckx et Mako intitulée Octobre Noir. Chacun comprend qu’il s’agit de la journée ou plutôt de la soirée du 17 octobre 1961 à Paris . Le titre fait aussi, curieusement, allusion à une organisation terroriste proche-orientale de sinistre mémoire. On peut apprécier ou ne pas apprécier le raccourci.
Il est gênant que soit repris, pour ce 17 octobre, sur cette page 61, un chiffre de morts (dûs à la répression) bien contesté. « On avance (sic) le chiffre de 200 morts » . Nous ne sommes là ni dans la nuance, ni dans la prudence. C’est valider le chiffre contestable d’Einaudi qui n’était pas historien, en négligeant les travaux et les chiffres très différents du Professeur Brunet. (Voir son livre : Police contre FLN. Ed. Flammarion).
La guerre d’Algérie est présentée d’une façon unilatérale devenue malheureusement commune. L’aspect décolonisation du conflit est largement souligné. L’aspect guerre contre le terrorisme* qui fait aussi partie de cet épisode historique ne l’est pas, ou, accessoirement. Le FLN est présenté comme menant une guerrilla. Ses militants sont des maquisards. (Page 76)
Le terme terroriste apparait une fois dans la manchette du journal algérois La Dépêche Quotidienne datant du 2 novembre 1954. Les auteurs du manuel, quant à eux, n’ utilisent pas le terme terrorisme, sauf à la page 79, pour en attribuer l’exclusivité à l’OAS. Comme chez Belin.
Des extraits de la publication du FLN en date du 1 novembre 54 qui accompagna le déclenchement de l’insurrection sont pourtant cités à titre d’illustration. On notera,  il faut souhaiter que les jeunes lecteurs du manuel le fassent aussi qu’au paragraphe Moyens de lutte figure l’indication suivante :  « continuation de la lutte par tous les moyens jusqu’à la réalisation de notre but ». Le FLN tint parole à ce point de vue. Il n y eut pas de langue de bois en ce texte.
Le tableau des inégalités entre Européens et Musulmans (Page 74) est également discutable. La mortalité infantile chez les Européens était de 4,6 % ; elle était de18,1 chez les Musulmans soit presque 4 fois plus. Encore eût-il fallu préciser qu’en un siècle cette dernière avait diminué de moitié grâce à la présence médicale française.
Dernière erreur : la date du 5 juillet 1962 est présentée comme celle de l’accession de l’Algérie à l’Indépendance. Non ce fut le 3. Le 5juillet était le jour de sa célébration. A Oran, elle fut marquée par le massacre de plusieurs centaines d’Européens. Toujours occulté officiellement.Ignoré chez Magnard.
J.Monneret.
*Par terrorisme , l’auteur de ces lignes entend : l’assassinat délibéré par des mouvements révolutionnaires de civils innocents , souvent massivement et sur la base de critères ethniques et religieux.

MANUEL BELIN/Terminales L,ES

Commençons par le positif.

Ce manuel fait un effort d’impartialité louable. (Pas toujours réussi. Je reviendrai ultérieurement sur certaines fautes chronologiques et quelques analyses erronées de la culture pied-noire).

Il est mentionné et c’est assez rare pour être souligné que des Français disparurent ,en nombre, à l’été 1962, en Algérie.La bataille des familles pour faire reconnaître leur drame est indiquée. L’inauguration d’un Mur des Disparus à Perpignan avec photo à l’appui est citée. Deux bonnes pages sont également employées à analyser la tragédie des harkis. On regrettera toutefois que des chiffres fantaisistes les accompagnent.Il est en outre absurde de présenter les harkis comme des Algériens, nationalité qui n’existait pas à l’époque de leur engagement et que,nombre d’entre eux, précisément rejetaient.

Concernant le terrorisme, ce manuel fait -il son travail de dénonciation de ce fléau qui ravagea l’Algérie de1954 à 1962 et qui, aujourd’hui, embrase la planète entière? Prépare-t-il les jeunes générations à comprendre la source et les manifestations de ce mal ?
Hélas !
Le mot de terrorisme n’est utilisé qu’une seule fois dans les 15 pages traitant de la Guerre d’Algérie. Et uniquement à propos de l’OAS, laquelle se voit ainsi attribuer le monopole de cette activité.

Jean Monneret.

Manuel scolaire Hatier

Pris par des travaux intenses , j’ai tardé à me pencher sur le traitement du terrorisme dans les manuels scolaires souhaité par quelques uns de vous. Le choc n’en a été que plus rude:
J’ai sous les yeux le manuel Hatier destiné aux Terminales L/ES/S , je suis abasourdi.
Torture : Il n’est question que de cela sur 2 pages entières , 44 et 45. Bien entendu , il n’est question que de la torture pratiquée par des militaires français. Alors que tous les protagonistes de cette guerre l’ont mise en oeuvre. (FLN , Barbouzes , MNA, ETC…).On peut dénoncer la torture , mais , le faire sans rappeler le contexte terroriste est intellectuellement malhonnête . Le problème de la torture touche aux fondements mêmes de la civilisation occidentale et je ne peux l’évoquer pleinement ici . Je renvoie donc à mon article sur l’Affaire Audin disponible sur mon site . Pour faire simple , disons qu’il est légitime de s’interroger sur la torture . Si le terrorisme ne justifie pas la torture, celle ci ne saurait davantage justifier, à postériori , les méthodes du FLN . Camus , pour sa part, préférait parler des noces sanglantes du terrorisme et de la répression.
Au sujet de la torture , nous avons droit à Alleg , Ighilariz , Servan-Schreiber ,de Bollardière , R.Branche et naturellement Sartre. Je ne dirais pas qu’il n’y a qu’un son de cloche puisque précisément il y en a un autre : Paul Aussaresses , personnage trés controversé et dont le témoignage discuté tend à confirmer ceux qui précèdent . Pas un mot sur les débats passionnés de l’époque concernant l’emploi de cette torture. Pas un mot sur Camus , sur l’Eglise de France , sur les officiers qui se sont opposés à la torture etc….

Terrorisme : Le mot n’est pas employé une seule fois. Le FLN est complétement exonéré de ses exactions. Si c’est ainsi que l’on prépare les générations futures à lutter contre ce fléau , la France est mal partie.

Les historiens de la Guerre d’Algérie sont : Vidal-Naquet , R.Branche déjà citée, Mohammed Harbi et naturellement Stora. Pas la moindre allusion à la diversité des opinions sur ce point : Pervillé , Frémeaux , Lefeuvre , Jauffret , Vétillard , Jordi , Faivre , inconnus au bataillon.

Les malheurs des Pieds Noirs sont exposés par J. Roy , M.Cardinal et L’Association des PN Progressistes , un groupuscule sans représentativité mais chéri des media.

Je reviendrai sur tous ces points dans une étude plus détaillée .Ceci est ma réaction à chaud.

Jean Monneret.