Le film de Benamou et Deniau va-t-il briser le silence d’Etat sur la tragédie du 5 juillet 1962 ?

Les autorités françaises, depuis plus de 55ans, n’ont jamais cru devoir commémorer, ni même évoquer le tragique massacre du 5 juillet 1962 à Oran.
Après plusieurs livres et bientôt un film documentaire à la télévision dont le mérite revient pour une bonne part à Georges-Marc Benamou, la question se pose désormais : ce silence d’Etat va-t-il être enfin brisé ?

VIDÉO – Monneret : « Le responsable militaire du secteur, le général Katz a été sévèrement mais justement mis en cause. »

Les consequences de ce massacre furent considérables. Nombreux furent les Oranais qui critiquèrent la passivité des troupes françaises. Leur chef le général Katz fut, à juste titre visé, car, il avait confirmé l’ordre de garder les troupes consignées ce jour là.

VIDÉO – Monneret : « Un groupe d’Européens sera horriblement massacré au Petit-Lac »

Les unités de la Force Locale ont fait leur travail sous la directions des lieutenants Khellif et Bechouche. Pour leur part , les ATO et des commandos de civils armés assassinèrent au Petit-Lac de très nombreux Pieds-Noirs enlevés. Les cadavres furent ensevelis à cet endroit. D’autres cadavres d’Européens furent retrouvés dans une fosse commune au cimetière de Tamasouët.

L’OAS vue par Sylvie Thénault

 

Dans la revue Annales [1], Madame S. Thénault a publié une assez longue étude sur l’OAS. Elle examine notamment, à travers les archives du Tribunal de l’Ordre Public, siégeant à Tizi-Ouzou, la composition de certains commandos et leur action à Alger au second trimestre de 1962.

Elle a retenu plusieurs groupes de dossiers, à ses yeux emblématiques, et, elle analyse plus particulièrement le parcours de quatre jeunes hommes ayant participé aux activités de l’organisation clandestine. Compte tenu du titre, très globalisant, de son étude : L’OAS à Alger en 1962, on pouvait s’attendre à une analyse approfondie. Elle nous a paru sommaire, parcellaire. Voici pourquoi. Poursuivre la lecture de « L’OAS vue par Sylvie Thénault »

Filed under:

DES HISTORIENS RAPPELLENT LA DRAMATIQUE REALITE DU 19 MARS 1962

Avant la célébration du 19 mars par le Président de la République, il avait paru nécessaire à Joseph Perez, Jean Monneret et Maurice Faivre de publier un texte court, qui rétablissait la réalité des faits. Texte qui a reçu le soutien de 23 historiens.

Au moment où, contrairement à tous ses prédécesseurs et singulièrement François Mitterand, le président Hollande a prévu de célébrer le 19 mars, s’impose un rappel des faits historiques. Poursuivre la lecture de « DES HISTORIENS RAPPELLENT LA DRAMATIQUE REALITE DU 19 MARS 1962 »